Le lac des signes

Publié le par le blog de Sassia

 

Les mots et les images

par René Magritte

 

Dans une lettre écrite à Paul Nougé en novembre 1927, Magritte annonce avoir fait une découverte saisissante. Il fait allusion au tableau éponyme Découverte dans lequel il applique le principe de la métamorphose tant utilisé par la suite. L'idée est simple. Il s'agit de mêler deux images sans rapport logique (a et b ou femme et bois) pour qu'une fois associées et "fondues" l'une à l'autre, elles proposent une troisième image (c ou panthère ou d, e, f, g, h...etc.) mais pas nécessairement une image dualiste (ab, c'est-à-dire femme-bois).
Si l'on veut appliquer à cette peinture de Magritte la règle mathématique absolue et basique de l'addition telle qu'on nous l'apprend dès notre plus jeune âge, nous nous sentons trahis ! Bousculés dans nos certitudes, un sentiment de colère ou de paranoïa aiguë pourrait même - pour les plus sensibles d'entre nous- menacer notre équilibre mental ! Nous aurait-on menti pendant toutes ces années ?
Après cette découverte importante, Magritte ne s'arrête pas là. Il décide cette fois de s'attaquer au ciment de notre condition d'homme et de nos certitudes : le langage. C'est en effet à la même époque qu'il entame une série impressionnante de tableaux mettant en scène des mots et des images dans des rapports moins surréalistes qu'on ne pense .... Cette époque qui correspond à son séjour parisien (1927-1930) verra naître la quasi totalité de ses "tableaux à mots". Magritte exploitera toutes les possibilités poétiques qu'offrent l"association, le remplacement, la superposition, la fusion... d'un mot avec l'objet qu'il est censé désigner dans un rapport arbitraire faisant lui aussi naître un sens nouveau. De ces associations images-mots, Magritte fera la synthèse dans un texte illustré paru dans le n° 12 de la Révolution surréaliste en décembre 1929 sous le titre Les Mots et les images

 

 

Un objet ne tient pas tellement à son nom qu'on ne puisse lui en trouver un autre qui lui convienne mieux:

Une image peut prendre la place d'un mot dans une proposition:

Une forme quelconque peut remplacer l'image d'un objet:

Il y a des objets qui se passent de nom:

Un objet fait supposer qu'il y en a d'autres derrière lui

:
Un objet ne fait jamais le même office que son nom ou que son image:

Un mot ne sert parfois qu'à se désigner soi-même:
Tout tend à faire penser qu'il y a peu de relation entre un objet et ce qui le représente:
Or, les contours visibles des objets, dans la réalité, se touchent comme s'ils formaient une mosaïque:
Un objet rencontre son image, un objet rencontre son nom. Il arrive que l'image et le nom de ces objets se rencontrent:

Les mots qui servent à distinguer deux objets différents ne montrent pas ce qui peut séparer ces objets l'un de l'autre:

Les figures vagues ont une signification aussi nécessaire, aussi parfaite que les précis:

Parfois le nom d'un objet tient lieu d'une image:
Dans un tableau, les mots sont de même substance que les images:
Parfois, les noms écrits dans un tableau désignent des choses précises, et les images des choses vagues:
Un mot peut prendre la place d'un objet dans la réalité:

On voit différemment les images et les mots dans un tableau:

ou bien le contraire:

 

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article