Accord de partenariat transpacifique

Publié le par Sassia

 Relations USA/Chine suite...

 

L'Asie-Pacifique a lancé samedi un projet de zone de libre-échange entre dix pays qui pourrait devenir la plus grande du monde, loin devant l'Union européenne, à l'occasion d'un sommet régional réuni à Hawaii dans l'île natale du président américain .
Les "grandes lignes" d'un accord créant ce "partenariat transpacifique" (TPP) ont été approuvées, a annoncé M. Obama lors d'un sommet avec les partenaires du projet (Australie, Brunei, Chili, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour, Vietnam; le Japon, troisième économie mondiale, a annoncé vendredi son ralliement au projet).

Ce sera la plus grande zone de libre-échange du monde", s'est enthousiasmé le président chilien Sebastian Pinera.
Ensemble, les 10 pays du TPP représenteraient 35% du PIB mondial, largement plus que l'Union européenne, actuelle première zone de libre-échange du monde, mais avec seulement 26% du PIB de la planète.
"Avec près de 500 millions de consommateurs à nous tous, nous pouvons faire encore plus de choses ensemble", a affirmé le président américain, qui voit dans le Pacifique le moteur de la croissance mondiale au moment où l'Europe se débat dans la crise de la dette.
Les Etats-Unis ont entamé des négociations en 2008 sur la mise en place du TPP, qui aboutirait à l'élimination des droits de douane et des autres barrières douanières entre les pays membres. Les participants prévoient aussi de négocier des accords en matière de règles sociales et écologiques.
"L'objectif est de parvenir l'année prochaine au texte juridique d'un accord complet", a indiqué le président américain.
L'annonce de l'accord survient au premier jour du sommet des 21 pays membres du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec). Onze pays de l'Apec restent à l'écart du projet de zone de libre-échange, notamment la Chine, deuxième économie mondiale.
Dans un communiqué commun, les participants au TPP ont assuré que leur projet était ouvert à tous les autres pays de la ceinture Pacifique.
Pékin a critiqué certaines exigences prévues par le TPP. Le quotidien chinois Global Times a déploré samedi le lien fait par les Etats-Unis entre libre-échange et droits de l'Homme et minimisé l'importance d'un TPP sans la Chine.
Le président chinois a cependant déclaré devant les patrons de la région que son pays soutenait "les efforts destinés à promouvoir la mise en place d'une zone de libre-échange (...) y compris le TPP", sans préciser s'il chercherait ou non à en faire partie.
Le sommet de l'Apec proprement dit commence samedi soir par un dîner des 21 dirigeants invités par Barack Obama dans son île natale, dont la célèbre plage de Waikiki semblait se préparer à un nouveau Pearl Harbor vu l'ampleur des mesures de sécurité.
Lors d'un entretien avec le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda, M. Obama a salué "l'audace" de son interlocuteur qui a pris un risque politique en annonçant vendredi son adhésion au TPP au grand dam des agriculteurs nippons. Lors d'un entretien avec M. Hu, M. Noda a annoncé pour sa part son intention de se rendre en Chine d'ici à la fin de l'année.
A propos de la crise en Europe, M. Obama s'est dit "satisfait de constater que les dirigeants européens prenaient au sérieux la nécessité de résoudre non seulement la crise grecque mais aussi la crise de la zone euro en général".
Mais "il reste du travail à faire dans la communauté européenne au sens large pour donner aux marchés la ferme assurance que des pays comme l'Italie pourront financer leur dette", a-t-il prévenu au moment où quittait la présidence du gouvernement italien.

 

AFP - 12/11/2011

 


 
Sommet des chefs d'entreprises de l'APEC : le discours du président chinois suscite l'enthousiasme
 

Les chefs d'entreprise présents au sommet des chefs d'entreprises du Forum de Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) ont exprimé leur enthousiasme après le discours du président chinois Hu Jintao, qui a promis que la Chine allait s'ouvrir davantage au monde et travailler à un environnement économique plus favorable aux investisseurs chinois et étrangers

"Ce discours, fort et direct, est très encourageant. Je pense qu'il a prouvé que la Chine faisait de réels efforts pour s'ouvrir au libre échange", a déclaré David Robson, PDG de Thethys Petroleum Ltd, au cours d'une interview donnée à Xinhua.

"C'était un très bon discours. Il m'a laissé un sentiment très positif quant à la direction prise par la Chine", a-t-il ajouté.    Betty Brow, vice-présidente de la Banque de Hawaï, a confié à Xinhua que beaucoup d'investisseurs impliqués en Chine étaient inquiets, ne sachant pas si la politique chinoise d'ouverture aux investissements étrangers allait vraiment durer.

"Le discours du président Hu a clairement permis de calmer ces inquiétudes", a-t-elle affirmé.

Craig Mundie, directeur stratégique de la Recherche chez Microsoft, et qui préside cette année le sommet des chefs d'entreprises de l'APEC, s'est dit très impressionné par les déclarations du président Hu, notamment en matière de protection des droits de propriété intellectuelle et d'innovation.

M. Hu, en présentant au monde le 12e plan quinquennal de la Chine, a démontré que la Chine était capable de planifier son développement sur le long terme, a-t-il ajouté.

Mauricio Costabile, vice-président d'un grand groupe énergétique mexicain, a déclaré que le discours du président Hu exprimait avec clarté la manière dont les membres de l'APEC pouvaient coopérer dans leur quête de nouvelles opportunités de croissance, un processus qui est essentiel à la reprise économique mondiale.

Le discours de M. Hu a montré que la Chine allait vers davantage d'ouverture. Le secteur privé ne pourra que profiter d'une Chine plus ouverte, ainsi que d'une collaboration renforcée entre les différentes économies du monde, dans la mesure où les marchés émergents vont être appelés à jouer un rôle capital dans la reprise de la croissance mondiale, a ajouté M. Costabile.

Betty Brow a également qualifié de très constructive la proposition de M. Hu en faveur d'une coopération régionale accrue.

"La Chine est l'une des plus importantes économies de la région Asie-Pacifique. Je suis heureuse d'entendre le président Hu s'engager à renforcer la coopération dans cette région. Une implication accrue de la Chine dans la région Asie-Pacifique est souhaitable non seulement pour l'économie régionale, mais également pour les Etats-Unis et pour la Chine elle-même", a-t-elle ajouté.

 

cri.cn - 13/11/2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article