Syrie

Publié le par Sassia

 

Le 28/11/2011

La Syrie accepte la médiation russe

La Syrie est prête à ce que la Russie, pays ami de longue date, joue le rôle de médiateur dans le règlement de la crise syrienne, a déclaré lundi à Damas le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem.

http://fr.rian.ru/world/20111128/192167897.html

 

Le 29/11/2011 

La Russie rejette l'embargo sur les armes contre la Syrie (ministre des AE)

La Russie rejette tout embargo sur les armes imposé à la Syrie et cherchera à éviter une répétition du scénario libyen dans le pays, a déclaré mardi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Après sa réunion avec les ambassadeurs des pays arabes en Russie, M. Lavrov a indiqué lors d'une conférence de presse que des leçons devraient être tirées de la situation en Libye, où un embargo sur les livraisons d'armes a "seulement été appliqué à l'armée libyenne".

Suite http://french.cri.cn/621/2011/11/29/302s262664.htm

 

 

Le 30/11/2011 – source OPEX

La Russie enverra un groupe aéronaval au large de la Syrie

Alors que les pressions s’accentuent sur le régime syrien de Bachar el-Assad, confronté depuis mars à un mouvement de contestation durement réprimé par ses forces de sécurité, la Russie n’entend pas laisser tomber son allié, qui plus est précieux dans cette région du globe.

Ainsi, en dépit des sanctions prises unilatéralement par certaines pays et autres organisations internationales qui visent Damas, Moscou continue ses livraisons d’armes à destination de la Syrie, dont le volume des commandes atteint 3,5 milliards de dollars pour 2011. Sont notamment concernées, la modernisation de certaines équipements (chars T-72, MiG-29) et l’acquisition par les forces syriennes de systèmes de défense sol-air.

Par ailleurs, la semaine passée, des média israéliens et arabes ont fait écho au projet de la marine russe d’envoyer des navires de guerre faire escale à Tartous, qui est une base navale mise à la disposition de Moscou par les autorités syriennes. Le bâtiment de lutte anti-sous-marine Smetliviy, dont le quotidien arabe publié à Londres al Quds Al Arabi croit savoir que des experts du systèmes de défense sol-air S-300 étaient à son bord, ainsi que le croiseur lance-missiles Moskva, auraient été concernés.

Ce qui est en revanche désormais certain, c’est que l’état-major de la marine russe, cité par le quotidien Izvestia, a planifié le déploiement en Mediterranée, pour le début de l’année 2012, d’un groupe aéronaval formé autour de son unique porte-avions, l’Amiral Kouznetsov.

Ce bâtiment, qui emporte 8 Sukhoï SU-33, quelques MiG29K et deux hélicoptère KA27, doit quitter la mer de Barentz, où il participe actuellement à des manoeuvres, contourner l’Europe de l’Ouest et passer ensuite par le détroit de Gibraltar pour entrer en Mediterranée.

« Il ne faut pas voir l’escale des bateaux russes à Tartous comme une réaction aux évènements en Syrie », a précisé le porte-parole de la marine russe. « Cette escale était prévue dès 2010 quand il ne s’y passait rien, il y a eu une préparation active et il n’y a aucune raison de l’annuler ou de la reporter » a-t-il ajouté.

En effet, l’envoi du porte-avions « Amiral Kouznetsov » avait été annoncé par l’agence Itar Tass le 29 septembre dernier. Seulement, à l’époque, les ports où il devait faire escale n’avaient pas encore été précisés.

Ce n’est pas la première fois que le porte-avions de la marine russe sera déployé près des côte syrienne, la dernière ayant eu lieu en 2009. Compte tenu de sa taille, il ne peut pas faire relâche dans le port de Tartous, ce qui le contraindra à rester au large.

Alors que l’on prête à la Turquie l’intention de faire appliquer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Syrie – Ankara est très en pointe sur l’affaire syrienne – et que Moscou souhaite éviter pour la Syrie un scénario à la libyenne, c’est à dire une éventuelle – et improbable – intervention de l’Otan, la venue sur zone de ce porte-avions russe, même si elle est prévue de longue date, tombe à point nommé, dans la mesure où ella aura une forte portée à la fois symbolique et politique.

« La présence d’une force navale autre que celle de l’Otan sera bénéfique pour la région, parce qu’elle permettra d’empêcher toute intervention militaire armée » a ainsi estimé l’amiral russe en retraite Victor Kravtchenko, dont les propos ont été rapportés par Izvestia.

 

 

 

Sécurité: la Russie et Cuba intensifient leur coopération

LA HAVANE, 30 novembre - RIA Novosti

Le Conseil de sécurité de Russie élargira sa coopération avec le Conseil de la défense nationale de Cuba, a annoncé mercredi le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie Nikolaï Patrouchev, en visite à La Havane depuis mardi.

"Nous avons convenu d'intensifier la coopération entre le Conseil de sécurité et le Conseil de la défense nationale cubaine", a indiqué M.Patrouchev qui a rencontré mercredi le leader cubain Raul Castro et les représentants de plusieurs ministères à La Havane.

"Nous coopérerons pour renforcer la sécurité de nos pays, des régions où se trouvent nos pays et la sécurité internationale", a ajouté le responsable russe après la cérémonie de dépôt de fleurs devant le Mémorial des soldats soviétiques qui avaient servi à Cuba à l'époque de la guerre froide.

Les entretiens russo-cubains ont porté sur la situation sur la scène internationale, le règlement des conflits au moyen des négociations.
Le Conseil de la défense nationale cubain est un organe du pouvoir politique et militaire de Cuba chargé de gérer les situations d'urgence. Le Conseil comprend le président et deux vice-présidents du Conseil d'Etat, ainsi que cinq autres membres désignés par le Conseil d'Etat, sur proposition de son président.

 

 Le 30/11/2011

Présent sur les lieux  :))))

Un navire-hôpital chinois offre des soins dans des pays latino-américains
Le Peace Ark, un navire-hôpital chinois, voyage actuellement dans des pays latino-américains pour offrir des soins et des opérations aux habitants locaux et aux personnels militaires, a annoncé mercredi Geng Yansheng, porte-parole du ministère chinois de la Défense nationale.
"Le navire-hôpital est maintenant en visite au Costa Rica. Depuis le 28 novembre, le personnel médical à bord du navire a offert des examens de santé à 3 192 personnes, reçu 10 824 patients en consultation externe et effectué 118 opérations chirurgicales dans les pays visités", a précisé M. Geng.
"C'est une activité amicale qui adhère à l'esprit d'humanisme international", a-t-il indiqué. Le navire a pris la mer depuis la ville de Zhoushan, dans la province du Zhejiang (est), le 16 septembre. A ce jour, il a visité Cuba, la Jamaïque et Trinité-et-Tobago. Le premier voyage humanitaire du navire, intitulé "Mission d'harmonie - 2010", a eu lieu l'année dernière. Le navire a visité le golfe d'Aden et cinq pays, à savoir Djibouti, le Kenya, la Tanzanie, les Seychelles et le Bangladesh, pour fournir des soins médicaux aux habitants nécessiteux  

Chine Nouvelle (Xinhua) - Xing Yaofeng 

 

Le 3/12/2011 

La Russie a livré des missiles antinavires à la Syrie

 Opex

En dépit de la pression internationale qui s’exerce sur le régime syrien de Bachar el-Assad pour qu’il mette un terme à la répression des mouvements d’opposition, Moscou continue de le soutenir. La raison est que la Russie n’entend pas perdre son principal allié au Proche-Orient, lequel lui assure une entrée dans les mers chaudes avec la base navale de Tartous.

Aussi, les autorités russes n’ont pas mis un terme aux livraisons d’armes destinées à équiper les forces syriennes. Déjà que la chute du colonel Kadhafi a laissé un manque à gagner pour leurs industries de l’armement, il n’est pas question de laisser filer les 3,5 milliards de commandes passées par Damas pour l’année 2011.

Et c’est donc pour honorer un contrat d’un montant de 300 millions de dollars passé en 2007 que la Russie a livré à la Syrie un système mobile de défense côtière « Bastion », doté de 36 missiles anti-navires P-800 Iakhont, pouvant frapper un objectif situé entre 120 et 300 km de distance, à une vitesse de Mach 2,5. C’est du moins ce qu’a indiqué une source militaire russe à l’agence Interfax. Deux sytèmes de ce type ont été commandé, au total, par Damas.

Cela étant, cette livraison n’est pas vraiment une surprise puisque le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov avait indiqué, en février dernier, que ce contrat serait rempli, malgré les réticences américaines et l’opposition d’Israël, qui craignait alors de voir ces missiles tomber aux mains du Hezbollah.

Seulement, le contexte a changé depuis mars, avec la répression par le régime syrien des manifestants qui contestent son autorité. Très en pointe sur cette affaire, la Turquie a fait savoir, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, qu’elle est prête « à tous les scénarios », tout en espérant qu’une « intervention militaire ne sera jamais nécessaire ».

Par ailleurs, en continant ses livraisons d’armes au régime syrien, la Russie entend écarter toute opération éventuelle de l’Otan, comme cela a été le cas pour la Libye. Il est certain qu’avec la menace des missiles Iakhont, il sera plus compliqué, par exemple, d’appliquer, un embargo à la Syrie.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article