Syrie : nouvelles du front

Publié le par Sassia

 

L'armée syrienne reprend progressivement le contrôle de Homs

 

L’armée syrienne a réussi à prendre le contrôle de la majorité du quartier de Baba Amrou à Homs, et s’y est déployée dans les artères principales, et ce, 25 jours après son siège. C’est ce qu’ont révélé des sources syriennes en provenance de Damas au quotidien libanais AlAkhbar.

Selon ces sources, les forces syriennes nettoyaient dans la nuit de mardi à mercredi ce quartier des groupes armés.
Un communiqué officiel devrait être publié dans les prochaines heures pour annoncer la sécurisation du quartier de Baba Amrou par les autorités.

Le quotidien poursuit que les opérations militaires sont actuellement concentrées dans la région sud proche de la frontière avec le Liban, évoquant notamment des « heures décisives ».

 

Des groupes armés liquident leurs membres

Entre-temps, le correspondant de la  chaine AlAlam à Damas a rapporté que les groupes armés ont tué plus de 60 de leurs membres. Ces derniers voulaient se livrer aux autorités syriennes à Homs.

L’incident a été confirmé par l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, basé à Londres, mais qu’il a imputé à des hommes inconnus.


Arrestation des Libanais et des Français

Durant l’opération a Baba Amr, un grand nombre d’hommes armés, dont des combattants venant de la Libye, de la Tunisie, et du Liban infiltrés via la région libanaise de Wadi Khaled ont notamment été arrêtés par les forces syriennes.

Les autorités ont annoncé dans ce contexte avoir déjoué une tentative d’infiltration de « terroristes en provenance des frontières libanaises ». Trois d’entre eux ont été tués et plusieurs autres blessés.

Evoquant les arrestations, pour notre site, des sources syriennes les ont confirmées, signalant toutefois que des Français figurent parmi les personnes capturées  à Baba Amrou. Ces sources ont ajouté que la télévision publique syrienne entend très prochainement révéler de grandes surprises dans ce sens.

Or, selon le quotidien AlAkhbar, il y a toujours des groupes armés dans les régions de Khalidia et Hamidia à Homs, mais il semble que leur defaite n’est pas difficile, vu la chute du centre de commandement des groupes armés à Baba Amrou.

 

L’ASL dément

Toujours selon le quotidien AlAkhbar, la soi-disante Armée Syrienne Libre (ASL), a démenti la chute de Baba Amrou dans les mains de l’armée. Selon l’ASL, les hommes armés ont pu ouvrir une brèche dans le siège de Baba Amrou pour évacuer les civils de Khalidiya vers la localité frontalière libanaise d’Ersal.

Mais un militant sur place cité par l’AFP a indiquee que le régime syrien a envoyé de nouveaux renforts de la 4e Brigade de l'armée régulière à Homs.

"Ces renforts augmentent notre crainte que l'assaut final est proche", a dit à l'AFP par téléphone Hadi Abdallah, un membre de la Commission générale de la révolution syrienne.

L’AFP ajoute que selon plusieurs chefs de groupes de combattants de l'Armée syrienne libre (ASL) postés autour de Homs, l'accès à cette ville est désormais complètement fermée.

 

Opération à Idleb

 

Le chef des affaires politiques et des relations internationales dans l’organisation internationale des émigrés arabes, Dr Mohammad Dirar Jemmo, a pour sa part assuré que l’armée syrienne s’apprête à mener, dans les dix prochains jours, une opération militaire d’envergure dans la région nord du pays, c'est-à-dire à partir d’Idleb jusqu'à la région frontalière avec la Turquie.

Dans une interview avec le site électronique de notre chaine AlManar, Jemmo estime que le calme qui règne à la frontière syro-turc est celui qui précède la tempête.

 

Le Futur et les forces de Geagea

Le politicien syrien a accusé le courant du Futur et les Forces Libanaises de Geagea de mener des actions terroristes dans les régions frontalières. Selon lui, des membres des milices d’Antoine Lahed (ayant collabore avec Israël lors de l’occupation du sud Liban) fournissent des aides logistiques et des entrainements aux groupes armés opposés au régime.

 

Des combattants français à Homs

S’agissant des soldats français arrêtés en Syrie, Jemmo a mis l’accent sur l’implcation de parties libanaises, s’interrogeant : « avec l’aide de qui les Français ont pu s’infiltrer en Syrie ».

Il a dans ce contexte évoqué l’altercation qui a opposé le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé à son homologue saoudien Saoud Fayçal lors de la « Conférence des Amis de la Syrie » à Tunis.

Fayçal, qui s’était retiré de la Conférence, avait insisté sur le fait de reconnaitre le Conseil National Syrien comme représentant légitime du peuple syrien.

Ce a quoi Juppé lui avait répondu: « Nous ne pouvons pas reconnaitre le CNS vu que nos soldats sont toujours en Syrie…Si on reconnait le CNS qui rapatriera nos soldats » ?

 

Un complot américano-israélien

Par ailleurs, le membre de la commission de coordination nationale pour le changement démocratique en Syrie (opposition), Ahmad Esraoui, a fait état mardi soir du rejet de son mouvement de la violence en Syrie, imputant au régime la responsabilité du déclenchement de ces violences. Mais il a mis en garde contre un plan américano-israélien visant tous les Syriens.

 Dans une interview avec la chaine AlAlam, Esraoui a dit : « nous voulons un changement de régime en Syrie, mais nous ne voulons pas que notre pays se transforme en une colonie américaine ».

 S’agissant de la présence d’Al-Qaïda en Syrie, Esraoui a estimé qu’ « il n’y a pas de Qaida en Syrie, mais ce sont les Etats-Unis qui ont un plan contre la Syrie. Il faut que nous sachions que nous sommes tous visés par le plan américano-sioniste. Les Etats-Unis prétendent la présence d’AlQaida en Syrie, mais je ne crois pas cela ».


Almanar - 29/02/2012

Commenter cet article