With a drop of milk ?

Publié le par le blog de Sassia

 

La Russie invite les nouveaux dirigeants libyens à Moscou


DOUCHANBE (Tadjikistan) - Le gouvernement russe a invité les nouveaux dirigeants libyens à discuter à Moscou notamment de questions énergétiques, a déclaré samedi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, cité par l'agence Interfax.

Ils ont suggéré d'avoir des entretiens. A leur demande, nous avons invité leurs représentants à Moscou. Nous discuterons de tout cela avec eux, a indiqué M. Lavrov, en marge d'un sommet régional à Douchanbé, la capitale du Tadjikistan, réunissant les chefs d'Etats des pays membres de la Communauté des Etats indépendants (ex-URSS moins les pays baltes et la Géorgie).

La Russie a finalement reconnu jeudi, trois mois après certains pays occidentaux, les rebelles qui ont renversé le régime de son ancien allié Mouammar Kadhafi, comme gouvernement légitime de la Libye.

Moscou s'était abstenue avec la Chine lors du vote au Conseil de sécurité de l'ONU de la résolution 1973 qui a permis l'intervention de l'Otan en mars dans le pays, mais a par la suite vivement dénoncé les conditions de sa mise en oeuvre par les Occidentaux, tout en appelant au départ de Mouammar Kadhafi.

La Russie pourrait payer cher cette position plus que prudente sur l'insurrection et voir ses espoirs de se tailler une part du gâteau libyen s'envoler en fumée avec le nouveau pouvoir.

Samedi, le ministre russe de l'Energie Sergueï Chmatko a néanmoins indiqué que la Russie comptait aborder avec les nouveaux dirigeants libyens la question de la reprise de ses activités dans le secteur des hydrocarbures en Libye.

Nous allons d'une part soulever la question de l'avenir des projets que les compagnies russes géraient en Libye, mais aussi d'une manière plus générale des perspectives sur le marché libyen pour ces dernières, a-t-il déclaré selon des images de la télévision russe.

Je pense que la Russie a des choses à proposer à la Libye, a-t-il ajouté.

Dans le domaine des hydrocarbures, Moscou avait ces dernières années décroché des contrats prometteurs dans le pays, qui ont cependant été suspendus en raison du conflit.

Ainsi, le géant Gazprom a vu ses projets d'exploration sur quatre gisements gelés. Le groupe devait aussi recevoir cette année auprès de l'italien Eni 50% de sa part dans le consortium chargé de l'exploitation du gisement d'hydrocarbures libyen Elephant, qui renferme 110 millions de tonnes de pétrole. Mais cette cession a été suspendue sine die.

Un autre groupe pétrolier russe, Tatneft, a également dû suspendre ses travaux sur quatre champs.


(©AFP / 03 septembre 2011 18h42)

 

Voir aussi : http://algerie123.over-blog.com/article-les-enjeux-de-la-conference-de-paris-83063792.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article