Venezuela : Election présidentielle

Publié le par Sassia

        

 

Vénézuéla, élections sous tension

 

Le 7 octobre prochain, le Président socialiste Hugo Chávez Frias s’en remettra de nouveau aux électeurs vénézuéliens. À la tête du pays depuis 1999, il affrontera Henrique Capriles Radonski, gouverneur de l’État de Miranda, le second plus peuplé du pays. Les quatre autres candidats à la présidentielle, signataires d’un accord stipulant qu’ils respecteront l’issue du vote, font seulement acte de présence. À l’image du pays, les élections risquent de diviser les Vénézuéliens en deux camps irréconciliables.

Le 12 février, les primaires organisées par la Mesa de la Unidad Democratica (MUD), ouvertes à tous les Vénézuéliens, avaient suscité un large espoir dans les rangs de l’opposition. Près de 3 millions de personnes s’étaient alors déplacées et Henrique Capriles l’avait remporté en rassemblant 62 % des suffrages. Mais l’euphorie fut de courte durée. Aujourd’hui, tous les sondages donnent le Président sortant gagnant.

Henrique Capriles, qui se dit de centre-gauche dans un pays où le mot droite est tabou, mise sur sa jeunesse (40 ans), contre el Comandante (58 ans), atteint d’un cancer dont on ignore toujours la nature. Mais Hugo Chávez semble désormais en forme après avoir subi chimiothérapies et radiothérapies à Cuba durant plus d’un an.

La MUD ne manque pas de critiquer la puissance de feu médiatique des socialistes, qui peuvent notamment compter sur les cadenas, ces retransmissions des discours du dirigeant socialiste sur les chaînes hertziennes et les radios. Mais le dirigeant socialiste doit aussi sa popularité aux « missions », ces programmes sociaux dans les domaines de la santé ou de l’éducation, qui, malgré leur effritement pour certaines, sont un appui majeur dans les quartiers populaires. Henrique Capriles assure qu’il les améliorera… quitte à avouer que la révolution bolivarienne a eu des succès.

Dans les deux camps, on subodore déjà que l’adversaire n’acceptera pas sa défaite si elle a lieu. La tension devrait donc être à son maximum lors de la proclamation des résultats. Et dans un pays où 52 homicides ont lieu chaque jour, des actes de violence sont redoutés.

 

Jean Baptiste Mouttet - regards - 12/09/2012

 

__________________________________________________

 

 

Deux approches différentes de l'industrie pétrolière du Vénezuela   

http://www.eluniversal.com/economia/120906/two-different-approaches-of-venezuelas-oil-industry

 

 

 

_____________________________________________________

 

 

MUD : quatre partis politiques retirent leur soutien à Capriles 

 

 

Cuatro organizaciones políticas retiraron este martes el apoyo al candidato presidencial Henrique Capriles Radonski. La información la ofreció Leonardo Chirinos representante del partido Piedra.

"Siempre hemos tratado de hacer una política para el bien del país dentro del sector opositor, pero nos hemos sentido excluidos, de las alianzas y en la conformación de la llamada Mesa de la unidad", denunció.


Chirinos alega que han sido excluidos por el Comando Venezuela, y pidió a su salida del Consejo Nacional Electoral (CNE) que no se le relacione con el Gobierno. “No guardamos relación con el Gobierno Nacional, no nos deben vincular porque nosotros siempre hemos sido muy críticos con el CNE”, aseveró el representante.

 

Los cuatro partidos son partido Piedra, Unidad Democrática, Mano por Venezuela y Cambio Pana.

     

http://www.panorama.com.ve/portal/app/vista/detalle_noticia.php?id=34044

 

Commenter cet article