USA : Obama ou Romney, les Américains votent déjà !

Publié le par Sassia

 

 

À deux mois de l'élection du 6 novembre, les citoyens de 32 États peuvent voter de manière anticipée à partir de jeudi pour élire leur futur président. Un dispositif qui devrait plutôt bénéficier à Barack Obama.

Tout l'avenir des États-Unis ne se joue pas le 6 novembre. Les Américains de 32 États et de la capitale fédérale, Washington, peuvent en effet voter bien avant la date fatidique pour élire leur futur président. La Caroline du Nord ouvre la marche jeudi, le jour même où clôture la convention du Parti démocrate investissant officiellement le président Barack Obama comme candidat à sa succession.

Dans les semaines qui suivront, jusqu'au jour du scrutin, des millions d'électeurs voteront donc en personne ou par courrier, sans avoir à donner de justification pour leur absence le jour J. Une procédure qui arrange de nombreuses personnes pour qui il est difficile de se libérer un mardi, jour traditionnel des élections aux États-Unis.

Mis en place pour combattre l'abstentionnisme et décongestionner les bureaux de vote, le vote anticipé s'est fortement développé au fil des années. Il représentait déjà 33% des votes en 2008 et pourrait monter à 40% cette année, selon les experts. L'Ohio, par exemple, avait ouvert la procédure du «early vote» à tous ses habitants en 2008, tirant les leçons de la débâcle en 2004, quand des milliers de personnes coincées dans de longues files d'attente n'avaient pas pu déposer leur bulletin avant la fermeture des portes. Dans certains États, comme le Nevada, la Caroline du Nord et la Floride, plus de la moitié des bulletins avaient ainsi été déposés avant «Election Day». Au Colorado, cette part s'était élevée à 78%.


Les républicains contre-attaquent

 

Un phénomène dont les démocrates ont plus tiré profit que les républicains. D'après un sondage du Washington Post, 58% des électeurs qui avaient voté en avance avaient choisi Obama en 2008, contre 40% pour son rival républicain John McCain. De fait, si Obama a remporté la Floride, le Colorado, l'Iowa et la Caroline du Nord, c'est uniquement grâce aux voix anticipées: le comptage des seuls bulletins déposés le jour du scrutin donnait McCain vainqueur. Cette corrélation s'expliquerait par le fait que ce sont surtout les minorités et les bas revenus, des catégories de la population généralement en faveur des démocrates, qui auraient profité du temps supplémentaire pour passer à l'acte et voter. Les militants démocrates ont notamment réussi à promouvoir le vote du dimanche auprès des Églises noires qui dispensaient leurs fidèles d'assister à la messe pour aller aux urnes.

Les démocrates font par conséquent tout pour encourager les électeurs à voter plus tôt. «Vous n'avez pas à attendre jusqu'au 6 novembre pour voter. Vous pouvez être parmi les premiers à voter à cette élection à partir du 27 septembre!» a lancé Obama samedi à ses supporteurs de l'Iowa, invitant les foules à visiter le site gottavote.com, pour plus d'informations sur les étapes à suivre. Sans doute les démocrates calculent-ils aussi que ceux qui auront rapidement donné leur voix au président ne pourront pas la retirer si les chiffres de l'emploi se dégradent.

 

 

Le Figaro - 06/09/2012

http://www.lefigaro.fr/elections-americaines/2012/09/06/01040-20120906ARTFIG00656-presidentielle-des-millions-d-americains-votent-deja.php

 




 
    image : site de campagne barackobama.com


Investi jeudi par les démocrates, Barack Obama promet de réduire le déficit, cible des attaques de Romney

 

Le président américain, Barack Obama, a promis dimanche, s'il est réélu, de réduire davantage le déficit budgétaire grandissant du pays, une des principales cibles des attaques de son opposant républicain, Mitt Romney.
A moins de deux mois de l'élection du 6 novembre, M. Obama devance son rival républicain de quatre points dans les sondages (49% contre 45%).
Mais les républicains parient sur la mollesse de l'économie et l'explosion de la dette nationale, qui s'est alourdie de 6.000 milliards de dollars sous la présidence Obama pour atteindre 16.000 milliards, dans l'espoir de convaincre les électeurs qu'ils offrent une meilleure alternative.
En réponse, le président Obama a insisté dans une interview à la chaîne de télévision CBS sur le fait qu'il avait réduit les dépenses dans le budget fédéral de 1.000 milliards de dollars et qu'il était prêt à aller encore plus loin.
"Je suis disposé à faire plus en ce domaine", a-t-il dit. "Il y a encore des gaspillages, des programmes inefficaces et des moyens d'en réduire les coûts et de les rendre plus efficaces", a-t-il déclaré.
Il a critiqué M. Romney pour son rejet "d'une approche dite équilibrée", consistant à tailler dans les dépenses publiques tout en augmentant les impôts des Américains les plus nantis, gagnant plus de 250.000 dollars par an.
"Si nous revenions aux barèmes fiscaux appliqués à ceux gagnant plus de 250.000 dollars en vigueur sous Bill Clinton, le déficit serait comblé, l'économie stabilisée et les taux d'imposition de la classe moyenne maintenus bas", a de nouveau assuré M. Obama.
Il a affirmé que l'engagement de M. Romney de réduire le déficit de 5.000 milliards de dollars "va se faire au détriment de la classe moyenne et des pauvres" pour alléger davantage la pression fiscale sur les riches.
"Ils (les républicains) font cela depuis plus de 30 ans, (...) ils viennent au pouvoir et baissent les impôts beaucoup plus qu'ils ne réduisent les dépenses... ils vont faire exploser la dette et affaiblir l'économie", a encore prévenu M. Obama.
De son côté, Mitt Romney s'est engagé dimanche dans une interview sur la chaîne NBC à maintenir le budget de la défense, que M. Obama souhaite réduire.

 

Les Echos - 09/09/2012

 

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/afp-00464082-usa-barack-obama-promet-de-reduire-le-deficit-cible-des-attaques-de-romney-360023.php

 


 

Obama en hausse dans les sondages après la convention démocrate


Barack Obama semble avoir profité dans l'opinion des effets de la convention de son parti démocrate la semaine dernière, selon plusieurs sondages publiés depuis la fin de ce rendez-vous, dont un lui accordant lundi six points d'avance sur son adversaire Mitt Romney.

Selon cette dernière enquête CNN-Opinion Research, le président américain sortant est crédité de 52% d'intentions de vote, contre 46% à Mitt Romney, un ancien gouverneur du Massachusetts qui lui disputera la Maison Blanche le 6 novembre.

La précédente livraison de ce sondage, avant la convention démocrate qui s'est déroulée à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est) du 4 au 6 septembre et où Barack Obama a été investi, plaçait les deux candidats à égalité, à 48% chacun.

La Convention démocrate de Charlotte semble avoir profité à Barack Obama

L'enquête CNN s'inscrit dans la continuité d'autres sondages publiés depuis le week-end par des instituts spécialisés et qui paraissaient montrer que Barack Obama avait bénéficié à plein de l'effet de la convention, un événement diffusé à la télévision à des heures de grande écoute et lors duquel ses partisans ont chanté ses louanges.

Ainsi, lundi, l'institut Rasmussen accordait 50% des intentions de vote à Barack Obama contre 45% à Mitt Romney, et Gallup donnait également cinq points d'avance au président sortant (49% contre 44% au républicain).

Cette nette hausse, contrastant avec les résultats de la convention républicaine de Tampa (Floride) qui n'a apparemment eu que peu de conséquences sur les intentions de vote en faveur de Mitt Romney, intervient malgré un nouveau rapport mensuel sur l'emploi décevant publié vendredi, au lendemain de la fin du rendez-vous démocrate.

Lors de son discours d'investiture jeudi soir à Charlotte, Barack Obama avait adopté un ton réaliste, en reconnaissant que le slogan d'espoir sur lequel il avait été élu il y a quatre ans avait été "mis à l'épreuve", avec notamment un chômage qui dépasse toujours les 8% de la population active, contre 5% avant la crise en 2008.

Mais il avait promis aux Américains que le changement restait possible en les conjurant de lui faire confiance, alors que Mitt Romney l'accuse d'incompétence dans le domaine économique.

Dès avant la publication du sondage CNN, l'équipe de campagne de Mitt Romney a tenté lundi de rassurer ses donateurs et partisans.

"N'attachez pas trop d'importance aux derniers sondages, car si certains électeurs sont encore sous le coup de l'excitation des conventions, la structure de base de la course n'a pas beaucoup changé", a indiqué dans un communiqué le responsable des enquêtes d'opinion de l'équipe Romney, Neil Newhouse, assurant que le républicain l'emporterait le 6 novembre.

Pour Neil Newhouse, Mitt Romney reste le candidat favori des Américains sur la question décisive de l'économie, et tous les signes semblent indiquer que le candidat républicain devrait conserver aussi un avantage financier --alors que pour la première fois en quatre mois Barack Obama a réussi en août à lever plus de fonds que son adversaire.

 

AFP - 12/09/2012

 

Autres liens :   

Commenter cet article