France : un éléphant aux affaires étrangères

Publié le par Sassia

 

 

25/02/2012 - Interview de Laurent Fabius au JDD    

 

Il voyage à l’étranger où il représente François Hollande et évoque les grands dossiers internationaux pour le JDD.

 

Suite : http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Fabius-revient-sur-les-grands-dossiers-internationaux-interview-489602/

 


 

16/05/2012 - Fabius, nouvelle voix de la France à l'étranger

 

suite : http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Laurent-Fabius-la-nouvelle-voix-de-la-France-a-l-etranger-511700/

 

Laurent Fabius, ses priorités au Quai d'Orsay -  Marc Epstein - L'Express


   "Longtemps en concurrence avec Pierre Moscovici pour le Quai d'Orsay, c'est bien Laurent Fabius qui s'installe dans le fauteuil laissé vacant par Alain Juppé. Agé de 65 ans, l'ex-Premier ministre de François Mitterrand (1984-1986) et ancien ministre de l'Economie et des Finances (2000-2002) semblait handicapé par son soutien au "non", en 2005, lors de référendum sur la Constitution européenne. Et aussi par sa rivalité passée avec François Hollande au Parti socialiste: c'est lui qui avait comparé celui devenu chef de l'Etat à une "fraise des bois"... [...]
Depuis plus d'un an, Israël ne cesse d'envoyer des signaux alarmistes, au point que beaucoup redoutent une attaque aérienne contre des sites nucléaires iraniens. L'administration américaine, comme Paris, souhaite à tout prix l'éviter et recherche une issue négociée : "Une intervention israélienne préventive porterait d'énormes risques", expliquait Laurent Fabius au Journal du Dimanche, le 26 février dernier.
Pour autant, une telle opération militaire, menée en pleine campagne présidentielle outre-Atlantique, bénéficierait sans doute de l'appui des Etats-Unis. Sans le reconnaître ouvertement, beaucoup semblent déjà résignés à une frappe israélienne : selon l'ex-président du gouvernement espagnol, Jose Maria Aznar, en visite aujourd'hui à Jérusalem, Vladimir Poutine aurait affiché une grande sérénité, il y a quelques années, au sujet du programme nucléaire iranien : "Israël s'en occupera", aurait précisé le président russe.
Sur ce dossier, comme dans l'impasse syrienne, la victoire de François Hollande et l'arrivée de Laurent Fabius au Quai d'Orsay ne modifieront guère le fond de la politique française."

 Source : www.lexpress.fr/actualite/monde/laurent-fabius-ses-priorites-au-quai-d-orsay_1115485.html#xtor=AL-447

 


 

14/05/2012  - Polémique autour du voyage de Rocard en Iran

 

Drôle de visite que celle de Michel Rocard à Téhéran. L'ancien premier ministre socialiste français, âgé de 81 ans, devait achever lundi 14 mai un séjour dans la capitale iranienne, où il était arrivé vendredi. Il y a été accueilli avec les égards réservés à un émissaire étranger officiel de haut rang, alors qu'à Paris, l'équipe du président élu François Hollande, pas encore entré en fonction, s'empressait de lui dénier toute mission. Michel Rocard n'est pas totalement dénué d'attributs officiels puisqu'il est depuis 2009 ambassadeur itinérant de la France chargé des négociations sur les pôles Arctique et Antarctique. Mais au Quai d'Orsay, où Alain Juppé gère encore les affaires courantes, on est formel : le déplacement s'est fait "entièrement à titre privé", en aucune manière en qualité d'ambassadeur. Parallèlement, la prise de distance des conseillers de M. Hollande à l'égard du voyageur trublion n'a pas empêché, lundi, le chef de l'UMP, Jean-François Copé, de sommer le futur chef de l'Etat de s'"expliquer".

Suite : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/05/14/l-etrange-visite-privee-de-michel-rocard-a-teheran_1700789_3218.html

 

15/05/2012 - "L'ancien premier ministre socialiste Michel Rocard a justifié aujourd'hui à l'Élysée sa visite très controversée à Téhéran au nom du "dialogue" et de "la rencontre avec tout le monde", et assuré que son déplacement en Iran n'avait été "dissuadé" par personne. [...] "Nous voulons réaffirmer une France du dialogue, de la rencontre avec tout le monde, de la non méfiance", a-t-il ajouté.
"Ça ne veut pas dire qu'on n'est pas sérieux. Il faut être strict dans les négociations, je l'ai aussi dit à Téhéran", a assuré Michel Rocard. "Et de fait, je reviens avec un regard, une information utiles. Beaucoup moins sur les négociations, ce n'était pas mon boulot, je n'avais pas de mandat", a poursuivi l'ancien chef du gouvernement. François Hollande "a été là-bas tout à fait approuvé, la presse a beaucoup salué (son) élection et je peux le lui rapporter", a conclu Michel Rocard. [...]"

Source : http://elections.lefigaro.fr/flash-presidentielle/2012/05/15/97006-20120515FILWWW00779-rocard-se-justifie-sur-sa-visite-en-iran.php

 

15/05/2012 - Interrogé sur Europe 1 au sujet de son récent voyage polémique en Iran, Michel Rocard a confié qu'il s'en était "beaucoup amusé".

"Je vais vous faire une confidence : je me suis beaucoup amusé de tout ça, parce que le seul nom de l'Iran soulève la polémique", a-t-il assuré. Michel Rocard a expliqué que ce déplacement s'inscrivait dans la lignée de l'accord à 5+1 qui s'était fait il y a quelques mois à Istamboul dans le but de rouvrir les accords sur l'énergie". "Quand cette négociation s'est relancée, ni Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères, ni François Hollande ne m'ont empêché d'y aller", a-t-il assuré. Pour l'ancien premier ministre, il s'agissait surtout d'aller à "la pêche aux informations". "C'est toujours utile quand ça barde de décrisper", a-t-il analysé. "Et c'était ça l'objectif de ce voyage", a-t-il conclu.

 

Source : http://www.europe1.fr/Politique/Rocard-je-me-suis-beaucoup-amuse-E1-1085003/

 

 Le dessin de Plantu qui m'a beaucoup fait rire : 15/05/2012

 

Plantu-Rocard-Iran.jpg

 

Source : http://nosnondits.wordpress.com/2012/05/14/le-regard-de-plantu-michel-rocard-en-iran/

 

Commenter cet article