Qui succédera à DSK ?

Publié le par le blog de Sassia

 Les Echos 19/05/2011

Aussitôt diffusé le communiqué de Dominique Strauss-Kahn annonçant sa démissionà la tête du Fonds monétaire international, l'organisation a indiqué qu'elle allait faire connaître « rapidement » les modalités de l'élection d'un nouveau directeur général. « Pour le moment John Lispkyreste directeur général », a-t-elle précisé. Directeur général adjoint du Fonds monétaire international, ce dernier a été promu à titre provisoire à la tête de l'institution suite à l'indisponibilité de Dominique Strauss-Kahn.

De difficiles tractations vont débuter entre les Etats-Unis, l'Europe et les pays émergents. Les Etats-Unis sont les premiers actionnaires du Fonds. L'Europe n'a pas envie de lâcher les rênes de l'institution. Quant aux pays émergents, ils estiment que le prochain directeur général du FMI doit venir d'un pays en développement pour mieux refléter les changements dans le monde.

Dans ce contexte, voici une liste, non exhaustive, des noms évoqués dans la presse depuis plusieurs semaines déjà  :

 

-Christine Lagarde, 55 ans, ministre française de l'Economie

L'économiste américain Nouriel Roubini l'a présentée comme le meilleur compromis possible si jamais les Etats membres souhaitent maintenir le poste dans le giron de l'Europe. Si tel était le cas, la ministre, qui bat des records de longévité à Bercy, pourrrait devenir la première femme à diriger le FMI. Très appréciée de ses confrères du G20 et de la zone euro, elle est reconnue comme habile et compétente. Son anglais parfait, héritage d'une carrière au cabinet Baker & McKenzie à Chicago, fief du président Barack Obama dont elle connaît bien certains collaborateurs, en a rapidement fait la responsable française favorite des médias internationaux. Cependant, elle est au coeur d'une controverse en France pour sa gestion de l'indemnisation de l'ancien homme d'affaires Bernard Tapie, dans l'affaire de la vente d'Adidas par le Crédit Lyonnais en 1993. La nationalité de Christine Lagarde joue aussi contre elle, le FMI ayant été dirigé par un Français pendant 26 des 33 dernières années. Le président Nicolas Sarkozy pourrait en outre être réticent à laisser partir sa populaire ministre de l'Economie en pleine présidence française du G20 et à un an de la présidentielle en France.

 

-Kemal Dervis, 62 ans, ancien ministre des Finances turc

Cette figure bien connue des institutions internationales, qui fut administrateur du Programme des Nations unies pour le développement et travailla plus de vingt ans à la Banque mondiale, cumule deux grands atouts : il est issu d'un pays émergent membre du G20 et il est proche des Européens. Il compte à son crédit d'avoir remis l'économique turque sur les rails après la crise financière qui a frappé le pays en 2001, en obtenant notamment un plan d'aide du FMI. Un bookmaker londonien, William Hill, en fait son favori (à 5 contre 2). Il faudra convaincre les Européens qu'ils lâchent le poste.

 

-Axel Weber, 53 ans, ancien président de la Bundesbank

L'Allemand, dont le mandat à la tête de la Bundesbank (2004-2011) vient de prendre fin, a longtemps été vu comme le successeur probable du Français Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne, dont il était de droit membre du conseil des gouverneurs. Il s'est néanmoins retiré de lui-même de la course en février. Axel Weber, 53 ans, qui enseignait la politique monétaire et l'économie internationale en Allemagne avant de prendre les rênes de la banque centrale allemande, dispose des connexions politiques nécessaires pour diriger le FMI. Il a été récemment nommé professeur d'économie à la Booth School of Business de l'université de Chicago.

 

- Tharman Shanmugaratnam, 54 ans, ministre des Finances singapourien

Président du Comité monétaire et financier international, l'instance qui détermine les orientations politiques du FMI, il vient d'un pays qui pourrait représenter un bon compromis pour les Asiatiques. Mais sa carrure personnelle n'est pas celle d'autres candidats.

 

-Montek Singh Ahluwalia, 67 ans, directeur adjoint du Commissariat au Plan indien

Favori pour être le candidat officiel de New Dehli, il a travaillé et à la Banque mondiale et au Bureau indépendant d'évaluation du FMI. La presse indienne a écrit ces dernières semaines sur l'envie du gouvernement de décrocher le poste. Mais il ne sera pas forcément suivi par ses homologues asiatiques.

 

- Trevor Manuel, 55 ans, ancien ministre des Finances sud-africain

Ancien ministre sud-africain des Finances (1996-2009), Trevor Manuel est particulièrement respecté dans les milieux financiers. Il est pressenti depuis longtemps pour diriger le FMI ou la Banque mondiale, même si des sources au sein du Fonds estiment que son profil serait plus adapté à la tête de la Banque mondiale pour lutter contre la pauvreté. Né au Cap sous l'apartheid, Trevor Manuel est un des membres fondateurs du Front uni démocratique (UDF) et a été emprisonné à plusieurs reprises pour ses activités politiques à la fin des années 1980. Les marchés sont passés du scepticisme à l'approbation en voyant ce militant en blue jeans se muer en ministre en costume sombre dans les années 1990. Sa présence au sein du gouvernement sud-africain a été jugée cruciale pour la stabilité du pays lors de la démission du président Thabo Mbeki en 2008. Depuis l'accession au pouvoir du nouveau président Jacob Zuma, Trevor Manuel a conservé son influence en prenant les rênes de la Commission nationale au Plan.

 

-Agustin Carstens, 52 ans, gouverneur de la Banque du Mexique

Le Mexicain Agustin Carstens, 52 ans, a passé la majeure partie de sa carrière comme dirigeant économique dans son propre pays. Il est gouverneur de la Banque du Mexique depuis janvier 2010 après avoir été directeur général des études économiques et chef de cabinet du gouverneur. Sa prise de fonction à la banque centrale a suscité des inquiétudes quant à l'indépendance de l'institution. Agustin Carstens a dit vouloir travailler en étroite collaboration avec le gouvernement et a invité le ministre des Finances aux réunions de politique monétaire. Directeur général adjoint du FMI de 2003 à 2006, il est ensuite retourné au Mexique pour coordonner le programme économique du président Felipe Calderon, avant de devenir ministre des Finances (2006-2009). Agustin Carstens est sorti diplômé en 1985 de l'université de Chicago, connue pour accueillir des défenseurs de la dérégulation. Etre originaire du continent américain pourrait jouer contre lui, étant donné que les Etats-Unis détiennent avec Robert Zoellick la présidence de la Banque mondiale. De surcroît, le Mexique contrôle déjà le poste de numéro un de l'OCDE, avec Angel Gurria.

 

-Arminio Fraga, 53 ans, ancien président de la banque centrale brésilienne

Sa présidence de la banque centrale brésilienne (1999-2002), sur fond de turbulences économiques, a été décrite comme l'une des plus réussies de l'histoire du pays. Les investisseurs portent au crédit d'Arminio Fraga le mérite d'avoir allégé les effets de la dévaluation du real en 1999 en osant relever les taux d'intérêt à 42% et durcir les conditions d'emprunt des particuliers et des entreprises. Arminio Fraga a travaillé pour le milliardaire américain George Soros pendant six ans comme directeur général au Soros Fund Management à New York, et a vendu récemment son propre hedge fund, Gavea Investments, à JP Morgan Chase. Son éventuelle candidature risque d'être entravée par ses liens avec les hedge funds et un soutien peu probable de la part de l'actuel gouvernement brésilien.

 

-Mark Carney, 46 ans, gouverneur de la banque centrale canadienne

Plus jeune gouverneur de banque centrale des pays du G7, Mark Carney, 46 ans, est considéré par les médias canadiens comme un candidat possible à la succession de Dominique Strauss-Kahn. Pour les partisans de Mark Carney, qui a travaillé 13 ans chez Goldman Sachs, choisir un directeur du FMI canadien permettrait d'avoir un dirigeant neutre capable d'établir des ponts entre des régions du monde aux intérêts divergents. Interrogé pour savoir si Mark Carney ferait un bon candidat, le Premier ministre canadien Stephen Harper a déclaré mercredi qu'il faisait « un excellent travail ». La banque centrale n'a pas réagi explicitement aux spéculations des médias. Mark Carney a jusqu'ici effectué moins de la moitié de son mandat de sept ans à la tête de la Banque du Canada. Il a réaffirmé cette semaine que le chef du FMI devait être choisi pour ses compétences plutôt que pour sa nationalité.

 

-Stanley Fischer, 67 ans, gouverneur de la Banque d'Israël

Incarnation du consensus de Washington, il fut premier directeur général adjoint du FMI de 1994 et 2001. Ce poste est traditionnellement réservé à un Américain, nationalité qu'il possède aussi. C'est ce point qui pourrait poser problème, dans la mesure où les Etats-Unis contrôlent la présidence de la Banque mondiale.

 

-Zhu Min, 59 ans, conseiller spécial au FMI

Officiellement, la Chine ne présenterait pas de candidat, mais plusieurs médias évoquent le nom de Zhu Min pour succéder à Dominique Strauss-Kahn. Ancien vice-gouverneur de la banque centrale chinoise et dernièrement nommé conseiller de Dominique Strauss-Kahn au FMI, Zhu Min est détenteur d'un doctorat et de masters en Economie de l'Université Johns Hopkins à Washington

Commenter cet article