Onu : tensions aprés le véto russo-chinois

Publié le par Sassia

 

  Acte III - Scène 5

 

Ban ki Moon : "C'est une grande déception pour le peuple de Syrie et pour tous les défenseurs de la démocratie et des droits de l'homme" "En dépit du vote d'aujourd'hui, la communauté internationale et le peuple syrien doivent redoubler d'efforts pour trouver une transition politique vers la démocratie qui soit conduite par les Syriens eux-mêmes »

 

Giulio Terzi, ministre italien des AE : "La population syrienne ne peut pas attendre. La communauté internationale doit trouver un moyen de répondre à la très sérieuse crise humanitaire et politique actuelle

Gérard Araud ambassadeur français : "triste jour pour ce Conseil, pour les Syriens et pour les amis de la démocratie"  "l'horreur est héréditaire à Damas". 

Alain Juppé  ministre francais des AE : « Je le comprends d'autant moins que nous avons fait beaucoup d'efforts pour accepter les amendements présentés par la Russie et par la Chine",

William Hague : "Le projet de résolution, présenté par le Maroc, soutenait les efforts de la Ligue arabe pour résoudre la crise en Syrie et appelait à une fin immédiate de toutes les violences (...) Il n'imposait pas de sanctions, pas plus qu'il n'autorisait une action militaire",

Hilary Clinton : "Nous devons agir maintenant", "Sans une action commune, avec la communauté internationale, je crains que la fin de partie ne soit la guerre civile",

Catherine Ashton : "L'Union européenne continue à soutenir tous les efforts des Etats de la Ligue arabe et appelle tous les membres du Conseil de sécurité à assumer leurs responsabilités", "Le temps est venu de parler d'une seule voix, de réclamer la fin du bain de sang et de se prononcer en faveur d'un futur démocratique pour la Syrie",

·         Martin Schulz  président du Parlement européen : Au nom du Parlement européen, je condamne les terribles atrocités commises au nom du régime syrien contre des civils à Homs. Mes pensées vont aux familles et aux amis des victimes. Un massacre de civils innocents a eu lieu. Appelle Bachar al-Assad à "retirer ses forces immédiatement" estimant que son régime "n'a plus de légitimité".

 

Source RTBF/ Le Figaro

 


 

Le texte ?

 

Un projet de résolution révisé au Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie n'est pas voué à l'échec mais devrait être perfectionné sur deux questions cruciales avant d'obtenir le feu vert de Moscou, a indiqué samedi le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, quelque heures avant un éventuel vote au Conseil de sécurité.

"Nous ne disons pas que cette résolution est vouée à l'échec", a indiqué M. Lavrov lors des dicussions d'un panel à la Conférence sur la sécurité de Munich.

"Nous avons circulé une résolution modiifiée qui vise à régler deux questions fondamentale ... (premièrement), des conditions préalables sur le dialogue, et deuxièmement, des mesures doivent être prises pour influencer non seulement le gouvernement mais également les groupes armés", a-t-il souligné.

Ces deux questions sont "d'importance cruciale" du point de vue de la Russie, a-t-il ajouté.

"Les manifestants pacifiques jouissent de notre soutien complet, mais ils sont de plus en plus utilisés par les groupes armés qui provoquent des troubles", a indiqué M. Lavrov.

"Lorsque nous parlons de la règne de loi, des droits de l'homme et la démocratie, nous ne devons pas oublier que la règne de loi doit prévaloir également dans les relations internationales", a-t-il ajouté.

La Russie avait déclaré qu'elle s'opposerait à toute résolution onusienne qui appellerait au changement de régime en Syrie ou aux interventions militaires étrangères.

 

CRI - 4/02/2012

  

 

 

 

Commenter cet article