Libye : the Great Manmade River

Publié le par le blog de Sassia

 

 

 

GMR-Great-manmaid-riverlibya_water3_map416.gif

 

 

Lybie et politique de gestion de l'eau :

http://www.agroparistech.fr/IMG/pdf/Kheder.pdf

http://www.water-technology.net/projects/gmr/

 

 

Dans le monde arabe, la capacité du gouvernement à assurer l’approvisionnement en eau de la population constitue un test essentiel de sa légitimité.

On rappellera que la Libye est un pays essentiellement désertique si ce n’est pour un mince bande littorale. Le régime du colonel Kadhafi a tenté de répondre aux besoins de la population et du secteur agricole en construisant un gigantesque canal souterrain pour amener vers la côte méditerranéenne l’eau du Grand Aquifère Nubien, l’une des plus grandes nappes souterraines du monde située sous le désert du Sahara et partagée par la Libye avec, notamment, son voisin algérien. Ce méga-projet, qui représente près de 3000 kilomètres de canalisation, a souvent été ridiculisé par les détracteurs de Kadhafi, et présenté comme un monument d’inefficacité, mais il semble qu’au final les résultats obtenus soient honorables.

Au plus fort de la guerre, la question de l’accès à l’eau avait fait l’objet de manoeuvres tactiques, les rebelles accusant le régime kadhafiste de chercher à couper l’eau aux zones qu’ils tenaient, tandis que ce dernier dénonçaient les dangers que leurs bombardements et ceux de l’OTAN faisaient courir aux canalisations qui alimentaient la côte (L’OTAN a indiqué de son côté que les forces khadafistes avaient utilisé un tronçon inutilisé de la great man-made river pour stocker des armes, qu’ils ont détruites au cours d’un bombardement.) On lira à ce sujet cet article en anglais d’Inter-Press Service (IPS).

On peut espérer que le nouveau gouvernement s’attachera à reconstruire un véritable service public efficace de l’eau à Tripoli et dans les autres villes du pays, plutôt que de s’en remettre aux multinationales venues de l’autre côté de la Méditerranée (et en particulier de France, dont le gouvernement a déjà commencer à pousser "ses" multinationales pour la reconstruction, cf. par exemple cet article de La Tribune). Ces multinationales seront sans doute d’autant plus empressées que derrière ces marchés se profilent le contrôle d’une partie de l’eau du Grand Aquifère Nubien.

 

Source : partagedeseaux.com

Commenter cet article