Situation à Syrte

Publié le par le blog de Sassia

 

« Désespérée ». La situation de Syrte inquiète la Croix-Rouge. Après deux semaines de siège imposées à cette ville côtière, l'association a décidé de tirer la sonnette d'alarme. Situé à moins de quatre cent kilomètres de Tripoli, ce bastion du Guide libyen déchu est en effet en proie aux combats qui opposent les forces du Conseil national de transition (CNT) - qui tentent de s'en emparer – aux pro-Kadhafi

« Plusieurs roquettes ont touché l'intérieur de l'hôpital pendant que nous y étions », a rapporté Hichem Khadhraoui, un représentant du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), avant de déplorer le grand nombre de « tirs aveugles » de roquettes, de canons anti-chars et de mitrailleuses qui ne cessent de faire des victimes. Il a par ailleurs raconté que plusieurs blessés et malades ne pouvaient pas rejoinde l'hôpital à cause des combats et des bombardements de l'Otan. Tandis que le CIRC a fourni 300 kits de soins pour blessés de guerre et 150 linceuls en plastique, le Comité a affirmé que la population assiégée mourait faute de soins.

48 heures pour fuir la ville

Alors que les pro-Kadhafi font preuve d'une farouche résistance, des combattants du CNT ont assuré avoir pris un quartier entier du sud-ouest de la ville. « Nous contrôlons 95% de Bouhadi, un fief de Kadhafi où de nombreux membres de sa famille et de son clan habitaient », a déclaré l'un d'eux avant d'ajouter que ses troupes se sont emparées d' « une petite base militaire après de légers accrochages ».

Un journaliste de l'AFP a, quant à lui, témoigné que des centaines d'habitants prenaient la fuite entassés dans des voitures chargées de valises et de sacs. « Nous partons à cause de la mise en garde d'Abdeljalil », a expliqué l'un d'entre eux. Moustapha Abdeljalil, le chef du CNT a en effet conseillé aux civils de quitter Syrte vendredi. S'il leur a donné 48 heures pour partir, il n'a cependant pas précisé si cette mesure était liée à l'éventuel lancement d'une vaste offensive.

 

France soir - 3/10/2011

 

 

 

Commenter cet article