Libye "libre"

Publié le par Sassia

Les Libyens de l'Est menacent de fermer le robinet du pétrole

27/03/2012

 

Un responsable politique favorable à l'autonomie de la Cyrénaïque, dans l'est de la Libye, a menacé mardi de fermer le robinet du pétrole si le gouvernement central refusait d'accorder une plus grande représentation à la région au sein de la future Assemblée nationale.

Début mars, des personnalités de Cyrénaïque, d'où est partie l'an dernier la révolte contre le régime de Mouammar Kadhafi, ont lancé un mouvement en faveur du fédéralisme, sur le modèle appliqué dans les années 1950 en Libye.

Cette initiative a été vivement critiquée à Tripoli, la capitale libyenne, où l'on craint un éclatement du pays.

Moustapha Abdeljalil, le président du Conseil national de transition (CNT) qui assure le pouvoir depuis la chute de Kadhafi, s'est rendu mardi à Benghazi, deuxième ville du pays, où il a rencontré un représentant du Congrès du peuple de Cyrénaïque (CPC), créé pour défendre les idées fédéralistes.

Boubaker Bouera, l'un des fondateurs du CPC, a déclaré à Reuters que cette rencontre avait porté sur des questions "générales" et marquait le début d'un dialogue, ajoutant cependant qu'aucune décision concrète n'avait été prise.

Le CNT, pour l'instant, n'a fait aucun commentaire.

Prié de dire ce que le CPC ferait en cas d'échec des discussions, Boubaker Bouera a répondu: "nous pourrions être contraint de fermer le robinet du pétrole".

Plus de 80% de la richesse pétrolière libyenne se trouve dans l'est du pays mais la région ne pourra avoir que 60 députés sur 200 dans l'Assemblée nationale qui sera élue en juin.

Le CPC exige qu'un tiers des sièges soit réservé aux représentants de l'Est, plaidant pour "une représentation équilibrée".

Le Congrès du peuple de Cyrénaïque veut que le pays soit de nouveau organisé sur une base fédérale, avec les trois régions de Tripolitaine (Ouest), Cyrénaique (Est) et Fezzan (Sud) dotées d'une grande autonomie. (Hadil al Chalchi, Guy Kerivel pour le service français)

 


Libye : le chef des Toubous brandit la menace séparatiste

 

«Nous annonçons la réactivation du Front toubou pour le salut de la Libye (FTSL, mouvement d’opposition sous l’ancien régime) afin de protéger les Toubous d’un nettoyage ethnique, et s’il le faut, nous allons demander une intervention internationale et œuvrer pour un Etat comme le Soudan du Sud», a-t-il déclaré.
Issa Abdelmajid Mansour, un ex-opposant au régime de Mouammar El Gueddafi, avait annoncé la dissolution de son mouvement après la chute de l’ancien régime en août.
«Il s’est avéré que le Conseil national de transition (CNT, au pouvoir) et le régime d’El Gueddafi ne sont pas différents. Le CNT a un programme pour nous exterminer», a accusé M. Mansour, dont la tribu avait joué un rôle-clé dans la rébellion contre Mouammar El Gueddafi depuis le sud du pays.

«Nous avions dit que l’unité de la Libye était au-dessus de toute considération. Mais maintenant, nous devons nous protéger et protéger les autres minorités», a-t-il encore affirmé.
Les Toubous, à la peau noire, qui vivent à cheval sur la Libye, le nord du Tchad et du Niger, avaient réfuté à plusieurs reprises des aspirations séparatistes.

Les Toubous sont impliqués depuis février dans des affrontements meurtriers avec des tribus locales du sud du pays.
«Aujourd’hui, le problème s’est transformé d’un conflit tribal en conflit racial», a déploré M. Mansour, affirmant que «les attaques ciblent toute personne à la peau noire».
Plus de dix personnes ont été tuées lundi dans des affrontements entre des membres de la tribu des Toubous et les habitants de la ville de Sebha (sud), selon des responsables locaux. Des affrontements meurtriers avaient déjà opposé durant plusieurs jours en février les Toubous à la tribu des Zwei à Koufra (sud-est) où la situation est toujours tendue.

AFP - 27/03/2012

Libye: la production de pétrole a atteint 1,45 million barils par jour


TRIPOLI - La production de pétrole en Libye a atteint 1,45 million de barils par jour, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement, Nasser al-Manaa, ajoutant qu'elle pourrait atteindre un niveau supérieur à celui d'avant la révolution d'ici la fin de l'année.

Il s'agit de la production la plus importante depuis la révolution, a souligné M. Manaa au cours d'une conférence de presse à Tripoli.

La Compagnie nationale de pétrole (NOC) avait annoncé en janvier que la production de brut de la Libye avait atteint 1,3 mbj.

La production libyenne, qui était de 1,6 mbj avant le conflit ayant débuté en février 2011, avait été quasi interrompue jusqu'en septembre, après la chute de Mouammar Kadhafi et l'arrivée du Conseil national de transition au pouvoir.

En novembre, la Libye avait repassé le cap des 600.000 barils par jour et le chef de la NOC, Nouri Berouin, avait indiqué à l'époque qu'il espérait un retour à la normale fin 2012.

Mais en décembre, le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait affirmé que la production de pétrole libyen retournerait à ses niveaux d'avant-guerre mi-2012, soit près de six mois plus tôt que les prévisions de Tripoli.


AFP / 28 mars 2012

 


 Libye : 16 morts dans des combats entre tribus  

 

Au moins 16 personnes ont été tuées dans de violents combats ayant opposé samedi des Toubous à des tribus arabes de Sebha, dans le sud libyen, selon un décompte établi à partir de sources locales et médicales.

Selon un médecin de l'hôpital de Sebha, qui traite les victimes des tribus arabes, huit personnes ont été tuées et 50 autres blessées samedi entre 3H00 (1H00 GMT) et 12H00, tandis qu'un responsable local des Toubous, a fait état de huit morts du côté de sa tribu.

 

Europe1 - 31/03/2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article