Le Canada renforce ses sanctions contre la Syrie, vise le pétrole

Publié le par le blog de Sassia

Faisant fi de toute décision du Conseil de Sécurité, le Canada décide que...

OTTAWA - Le Canada a renforcé mardi ses sanctions contre le régime du président syrien Bachar al-Assad en visant en particulier le secteur pétrolier, sans toutefois freiner les activités du géant énergétique canadien Suncor dans ce pays.

Les nouvelles sanctions interdisent aux sociétés canadiennes dimporter, acheter, acquérir, transporter ou expédier du pétrole ou des produits pétroliers de la Syrie, voire de financer de nouveaux investissements dans le secteur pétrolier, a indiqué le chef de la diplomatie canadienne, John Baird, dans un communiqué.

Le Canada avait annoncé en mai une première série de sanctions contre le régime de Damas, accusé d'avoir réprimé violemment des manifestations pacifiques. Ottawa avait par la suite renforcé ses sanctions sans toutefois les étendre au secteur pétrolier.

Or, le premier groupe pétrolier canadien, Suncor, exploite, en partenariat avec une société d'Etat syrienne, General Petroleum Corporation, un important site gazier dans le centre de la Syrie, un investissement d'environ 1,2 milliard de dollars.

Des organisations de défense des droits de l'homme avaient accusé Suncor de financer indirectement la répression en Syrie car, selon elles, le pouvoir à Damas profitait des retombées économiques de ce partenariat. Le géant pétrolier établi à Calgary, dans l'ouest canadien, avait balayé du revers de la main ces critiques, assurant n'avoir aucun lien direct avec le régime de Damas.

Interrogé lors d'un bref point de presse à Ottawa sur l'impact de ces nouvelles sanctions sur l'entreprise pétrolière canadienne, M. Baird a déclaré que le groupe canadien n'exportait pas de gaz de Syrie. La production est seulement pour les usages civils, pour la population syrienne, a déclaré le chef de la diplomatie canadienne.

Les nouvelles sanctions canadiennes interdisent aussi d'entrer en affaires avec des membres du régime syrien, dont la liste a été allongée.

Ces mesures ne visent pas à aggraver la situation déjà pénible avec laquelle doit composer le peuple syrien, mais elles visent le régime du président Bachar al-Assad, a indiqué M. Baird.

Dans la foulée du printemps arabe, le régime syrien est confronté depuis la mi-mars à une révolte populaire qu'il a choisi de réprimer dans le sang.

SUNCOR ENERGY



(©AFP / 04 octobre 2011 23h26

Commenter cet article