Etats puissants et mouvements de résistance

Publié le par Sassia

 

 Daniel Lagot

 

 

droit-humanitaire.jpg

Ouvrage collectif

 

 

200 pages - Parution : 03/2010

 

Les principes du droit international humanitaire tels que l'interdiction de la torture et la protection des civils dans les conflits armés ne sont guère respectés et leurs interprétations diffèrent, par exemple sur les pertes civiles acceptables lors d'attaques contre des cibles supposées militaires. Le Statut de la Cour pénale internationale est en nette régression à ce sujet, sous l'influence occidentale, par rapport au Protocole I additionnel aux Conventions de Genève. Le droit humanitaire, et lequel, est-il pertinent dans des conflits où les moyens militaires sont sans commune mesure ? Comment est-il ou devrait-il être appliqué par les uns et les autres et quelles améliorations lui apporter ?

Ce sont quelques-unes des questions abordées dans ce livre par de hautes personnalités, juristes et représentants d'organisations humanitaires et mouvements de résistance. Si tous partagent le même désir pour le droit et la justice, certains mettent l'accent sur leurs avancées, en particulier sur l'espoir que représente la Cour pénale internationale, d'autres dénoncent la manière dont le droit et la justice sont détournés et violés par les États puissants, en particulier occidentaux, les régressions de leur fait, l'impunité dont ils bénéficient, et les logiques « antiterroristes » avec leurs conséquences négatives y compris pour la solution des conflits. Une partie du livre est consacrée à Gaza.

 

Table des matières et  contributeurs : http://www.adifinfo.com/etats_puissants_et_mouvements_de_resistance.html#tablematiere

 

 

Commenter cet article