Dette américaine : républicains et démocrates ont trouvé un accord

Publié le par le blog de Sassia

Suite de : http://algerie123.over-blog.com/article-dette-usa-chantage-a-washington-80548499.html

 

(RFI) - Après des semaines de négociations et d’incertitudes, Barack Obama a annoncé lundi 1er août 2011 que républicains et démocrates avaient finalement trouvé un compromis pour permettre le relèvement du plafond de la dette américaine et une baisse du déficit du pays. Une annonce qui soulage les Etats-Unis, à la veille de la date butoir du 2 août. La Chambre des représentants et le Sénat devraient voter au plus vite ce texte en forme de moindre mal qui ne satisfait pas forcément tous les élus.

 

A 20 h 40, Barack Obama a fait son entrée dans la salle de presse de la Maison Blanche pour annoncer que les chefs de file des deux partis avaient accepté l’accord conçu par le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConell.

Le plan prévoit un relèvement du plafond de la dette d’au moins 2 100 milliards de dollars, ce qui permettra au Trésor de continuer à emprunter après le 2 août. Le président n’aura pas à redemander l’autorisation du Congrès pour un nouveau relèvement avant 2013. Cela permettra d’éviter qu’un débat identique à celui qui vient de se tenir ait lieu en pleine campagne électorale l’an prochain.

 

Mécanisme contraignant

La réduction des dépenses, elle, se fera en deux temps : 1 000 milliards tout de suite, et au moins 1000 milliards 500 millions plus tard. Ces économies supplémentaires devront être établies par une commission bipartite composée de six républicains et de six démocrates. Si le Congrès n’approuve pas ces réductions, un mécanisme contraignant sera déclenché, qui imposera automatiquement des coupes qui incluront notamment la couverture médicale pour les gens âgés et aussi la défense qui pourrait voir son budget diminué de plus de 300 milliards de dollars.

Une réduction de cette ampleur avait inquiété certains sénateurs et représentants des deux partis, et c’était un point qui avait contribué à ralentir les négociations.

Comme dans tout compromis, chacun a lâché du lest et personne n’est totalement satisfait. Mais il semble tout de même que les républicains ont obtenu plus que les démocrates. John Boehner a estimé que son parti avait obtenu 98% de ce qu’il demandait. Il doit maintenant en convaincre les élus de la mouvance Tea Party, dont un certain nombre sont toujours réticents.

 

Journée décisive

Mais c’est chez les démocrates de la Chambre que le mécontentement est le plus grand. Il n’y a qu’a voir la réaction moins qu’enthousiaste de Nancy Pelosi, chef de la minorité démocrate. Elle est la seule des quatre à avoir participé aux négociations à ne pas s’être félicitée de l’accord. Il va donc lui être difficile aujourd’hui lors de la réunion avec son groupe de plaider en faveur du plan avec ferveur auprès des progressistes. Ces derniers sont furieux qu’Obama ait accepté des coupes, notamment dans les programmes sociaux, sans obtenir en retour une hausse des impôts pour les plus riches, ou l’élimination des niches fiscales pour les grosses sociétés.

Si le plan McConnell devrait passer relativement facilement le cap du Sénat, ça pourrait être plus difficile à la Chambre où John Boehner aura besoin des voix démocrates pour obtenir les 216 voix nécessaires à l’adoption du plan. Or, pour qu’un texte devienne loi et soit signé par le président, il faut l’accord des deux Chambres. La journée de ce lundi 1er août 2011 pourrait donc être décisive.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article