Croissance mondiale et G7

Publié le par le blog de Sassia

Aprés avoir revue le taux de croissance à la baisse en aout, le FMI par la voix de Christine Lagarde annonce

 

FMI :les risques entourant la croissance ont augmenté - Lagarde

Les risques pesant sur la croissance mondiale se sont accrus et les pays doivent agir maintenant, avec détermination et conjointement, a déclaré vendredi Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international.

"La réalité est que l'activité mondiale a ralenti et que les risques de dégradation se sont accrus tandis que, dans le même temps, le rééquilibrage de la demande mondiale qui, nous l'espérions tous, pérenniserait la croissance a calé", a indiqué l'ancienne ministre française des Finances lors d'un débat sur l'économie mondiale organisé par l'institut britannique Chatham House.

S'exprimant en amont d'une réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G7 à Marseille, elle a souligné que si la croissance continuait de ralentir, les problèmes de bilan s'aggraveraient, la pérennité budgétaire serait menacée et les mesures de soutien à l'économie perdraient leur puissance de feu.

"Le message principal est [?] qu'à ce stade et compte tenu du contexte économique auquel nous sommes confrontés, il faut que les pays et leurs dirigeants dans le monde agissent maintenant, avec détermination et conjointement", a expliqué C.Lagarde.

"Les responsables, en particulier dans la sphère monétaire, devraient donc se tenir prêts, le cas échéant, à prendre de nouvelles mesures pour soutenir la reprise, y compris non conventionnelles", a observé le directrice générale du FMI. "D'une manière générale, il faudrait qu'elle [la politique monétaire] reste très accommodante, dans la mesure où le risque de récession l'emporte sur le risque d'inflation."

Le FMI juge que les anticipations d'inflation sont "bien ancrées et relativement faibles", a-t-elle observé.

Dans les économies avancées, il est absolument indispensable de rétablir la pérennité des finances publiques par le biais de plans de consolidation crédibles, mais le rythme de ce processus différera d'un pays à l'autre, a-t-elle estimé. Si les coupes budgétaires sont réalisées trop rapidement, cela risque de compromettre les perspectives de croissance et d'emploi, a-t-elle mis en garde.

Les pays qui subissent des pressions considérables du marché, ou qui pourraient se trouver dans une telle situation faute d'ajustements, doivent consolider leur budget et doivent le faire dès maintenant, a insisté C.Lagarde.

"Mais dans d'autres pays, il est possible de réaliser cette consolidation à un rythme plus lent, en association avec des mesures de soutien à la croissance. L'essentiel est à nouveau de définir une stratégie à moyen terme qui soit crédible et applicable", a-t-elle poursuivi.

 

-Nicholas Winning, Dow Jones Newswires 

Zone Bourse - 9/9/2011

 

Sur ce sujet : http://algerie123.over-blog.com/article-la-reprise-economique-s-essouffle-dans-les-pays-developpes-83736457.html


 

 

Le G7 se réunit à Marseille sur la crise de la dette et la relance économique (AVANT PAPIER)
(Xinhuanet 09/09/2011)
 

MARSEILLE (France) -- Les ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales des pays du G7 se réunissent vendredi et samedi à Marseille (sud de la France) pour chercher à donner une réponse à la crise de la dette et soutenir la croissance économique.

Les argentiers américains, japonais, canadiens, allemands, français, italiens et britanniques se rencontrent au Palais du Pharo, près du Vieux Port de Marseille, pour tenter de donner "une réponse coordonnée à la situation économique et budgétaire de chacun", a déclaré le ministre français de l'Economie et des Finances, François Baroin.

Le rendez-vous intervient alors que les marchés financiers ont dépassé un été noire marqué par une turbulence boursière provoquée à la suite de la baisse de la note de la dette souveraine des Etat- Unis.

Les ministres et les gouverneurs doivent ainsi envoyer des " messages de confiance" pour apaiser le climat de tensions réchauffé par les inquiétudes des investisseurs vis-à-vis d'un défaut de paiement par les Etats-Unis, et d'une contagion de la crise de la dette en Italie et en Espagne.

Les pays du G7 sont à l'épreuve de défis macroéconomiques communs, notamment un endettement excessive, un ralentissement quasi généralisé, une dégradation des marchés du travail, etc, indique un dossier distribué aux journalistes par la présidence française.

Une nouvelle récession n'est pas exclue dans certaines économies développées et la crise de la dette souveraine pourrait encore s'aggraver dans la zone euro, a averti jeudi l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Selon l'organisation qui regroupe 34 pays riches, la croissance économique dans les économies du G7 hors Japon restera à un taux annualisé de moins de 1% au second semestre de 2011.

L'économiste en chef de l'OCDE, Pier Carlo Padoan, a invité les pouvoirs publics des pays en proie à un haut déficit budgétaire à "rétablir la confiance".

Le G7 doit apporter une "réponse claire" et une "meilleure coodination des politiques budgétaires" pour relever ces défis et permettre le retour à une croissance solide, pérenne et équilibrée, souligne ce dossier.

Selon le programme, la première journée de la rencontre du G7 finances se concentrera sur les "leçons" des "soubresauts de l'été ".

Et la deuxième journée doit être consacrée au Partenariat de Deauville (ouest de la France) lancé en mai dernier par le G8 avec les gouvernements issus des "révolutions" égyptienne et tunisienne.

L'Egypte, la Tunisie, le Maroc et la Jordanie, ainsi que La Russie et des institutions financières internationales y ont été invitées. Le Conseil national de transition (CNT), qui contrôle désormais la majeure partie du territoire libyen, y assistera en qualité d'observateur.

Lors du dernier sommet du G8, les grandes puissances avaient promis une aide économique conséquente en faveur des régions du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

Depuis sa création en 1974, d'abord sous forme de G5, le G7 finance est un format de rencontre informelle entre ministres des finances et gouverneurs des banques centrales qui se concertent autour des "affaires économiques du monde".

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article