Claude Guéant à Alger

Publié le par Sassia

 
Le ministre de l'Intérieur français aujourd'hui à Alger: Les dits et les non-dits d'une visite

 

par Salem Ferdi - Le Quotidien d'Oran - 4/12/2011

 

Une «tradition» française veut que les ministres de l'Intérieur soient constamment braqués sur les étrangers et les immigrés tout en étant de parfaits amis des officiels des pays maghrébins.

Les plus «subversifs» n'y voient que la parfaite illustration de l'entente des flics. Mais d'autres invoquent le réalisme des Etats. M. Claude Guéant, qui arrive aujourd'hui en Algérie, à l'invitation de son homologue Dahou Ould Kablia, est dans la «lignée» de ses prédécesseurs avec, cependant, une sacrée accentuation du côté «anti-immigrés». Si le discours anti-étranger avait un côté «fonctionnel» lié à des soucis électoraux, M. Guéant le dépasse en lui donnant un contenu très idéologique. Une sorte d'hyper nationalisme qui, en temps de crise, n'est pas de bon aloi. Depuis des mois qu'il est en campagne, l'invité de M. Ould Kablia s'est fait un devoir d'avoir son «quart d'heure» hebdomadaire où il tape sur les étrangers. Et même quand il accepte des solutions pratiques et de bon sens qui règlent le problème des prières sur les trottoirs, il ne peut s'empêcher d'en rajouter une louche. A la veille de sa visite à Alger, Claude Guéant a décidé d'aller plus loin dans l'application de son «quart d'heure» hebdomadaire. Se contenter de mettre à l'index les étrangers en situation irrégulière est devenu «banal» et même la gauche le fait. Dans le précédent «quart d'heure», il a insidieusement ciblé les étrangers comme étant des adeptes de la «fraude sociale». Il a décidé de faire croiser les fichiers afin de lancer la traque. La Ligue des droits de l'homme (LDH) a réagi en qualifiant d'«illégal» ce croisement des fichiers et en accusant le ministre de «flirter avec un double délit: utilisation illégale de fichiers et racisme par la désignation stigmatisante de l'ensemble d'une population».

«MINISTRE DU FRONT NATIONAL»

Dans le dernier quart d'heure, il a décidé d'élever encore plus la barre en décrétant -contre d'ailleurs l'avis de très nombreux économistes- qu'il y avait «trop» d'étrangers en situation régulière. Les idées du Front national sont bien au ministère de l'Intérieur. M. Guéant est en train de faire un jeu de l'escalade à lui-même. Un responsable socialiste en a tiré la conclusion que M. Claude Guéant était le «ministre du Front national». «Il y a tellement (de similitudes) que nous comprenons que M. Guéant est le ministre du Front national, c'est l'annexe du Front national, il est là pour ça», a déclaré Arnaud Montebourg (socialiste). Il est clair que M. Dahou Ould Kablia ne va pas soulever ces questions au nom de la «non-ingérence». Il faut espérer seulement qu'il ne l'approuvera pas. Pour le reste, M. Guéant, qui est en campagne pour la réélection de son chef, a indiqué dans un entretien à TSA, que l'objet de sa visite porte sur des sujets «d'intérêts communs» et bien entendu sur la «lutte contre le terrorisme». Du grand classique. Mais peut-être qu'au cours de cette visite, M. Guéant «oubliera», pendant une journée, de taper pendant un quart d'heure sur les «étrangers» irréguliers et aussi les réguliers.

Commenter cet article