Accord franco britannique

Publié le par Sassia

 
« Nous sommes en train de mettre en place avec David Cameron des méthodes de travail qui vont permettre de réduire les différences  pour faire en sorte que nous regardions l'avenir, avec nos spécificités, dans la même direction ».
Nicolas Sarkosy - RFI - 17/02/2012
 
 
Le sommet Cameron-Sarkozy s'achève par une série d'accords civils et militaires

 

Le sommet franco-britannique de vendredi à l'Elysée entre Nicolas Sarkozy et le premier ministre David Cameron, destiné à renforcer la coopération bilatérale, a donné lieu à des accords importants dans le nucléaire civil. Plusieurs projets militaires ont également été annoncés.

 

Dans la foulée du sommet, une série de contrats dans le secteur nucléaire civil ont été signés, faisant franchir une nouvelle étape aux projets des groupes publics français Areva et EDF de construire des réacteurs nucléaires de nouvelle génération EPR au Royaume-Uni.

D'après Londres, EDF devrait aussi signer d'autres contrats lors de ce sommet, portant la valeur totale des accords paraphés vendredi autour de 500 millions de livres, soit plus de 600 millions d'euros.

La France et la Grande-Bretagne ont aussi donné le coup d'envoi d'un projet conjoint d'avion de combat sans pilote, poursuivant vers la mutualisation de leurs dépenses militaires.

Dans une déclaration commune publiée lors d'une rencontre au sommet du président Nicolas Sarkozy et du Premier ministre David Cameron, les deux pays ont annoncé un "partenariat stratégique à long terme" sur les drones, dont un avion de combat sans pilote à l'horizon 2030, et des projets communs sur les missiles, les communications militaires par satellite et les essais nucléaires.

Paris et Londres devraient aussi annoncer le développement en commun d'un missile anti-navire, dont le principe avait été acté il y a deux ans dans un contexte de réduction budgétaire, mais aussi le lancement d'un avion de combat sans pilote et des avancées dans les télécommunications militaires
 
fenetreeurope - 17/02/2012

 

 accords dans le nucléaire avec Areva, Rolls-Royce, EDF

  

Une série de contrats dans le secteur nucléaire civil ont été signés vendredi à l'occasion du sommet franco-britannique organisé à Paris, faisant franchir un pas de plus aux projets d'Areva et d'EDF de construire des réacteurs EPR au Royaume-Uni.

EDF a indiqué avoir "franchi une nouvelle étape dans son projet de construire jusquà quatre nouvelles centrales nucléaires au Royaume-Uni, en signant de nouveaux accords" à loccasion de ce sommet.

Ceux-ci lui permettront "de mener à bien son programme de construction de deux centrales nucléaires à Hinkley Point (sud de l'Angleterre, ndlr), avec son partenaire Centrica", précise-t-il.

Le groupe d'électricité ajoute qu'il doit "prendre "une décision finale dinvestissement fin 2012" concernant ce projet, pour lequel "jusquà 25.000 personnes seraient employées sur lensemble de la durée du chantier".

Au total, les accords signés aujourdhui comprennent un contrat avec l'entreprise de génie civil britannique Kier BAM, dun montant de 100 millions de livres sterling (120 millions d'euros), pour les travaux de préparation du site à Hinkley Point C, dont les premiers travaux devraient débuter au printemps.

Ils comprennent également un protocole daccord avec Areva pour la livraison de chaudières nucléaires et de systèmes dinstrumentation et de contrôle commande pour le projet dHinkley Point C, qui confirme également le calendrier pour la finalisation des négociations de ce contrat.

Enfin, ces accords portent sur un investissement de 15 millions de livres sterling (18 millions d'euros) pour la création dun centre de formation de rang international, en partenariat avec le Bridgewater College, à Somerset (sud-ouest).

Dans des communiqués séparés, Areva et le motoriste britannique Rolls-Royce ont confirmé avoir conclu un protocole d'accord qui va étendre leur coopération amorcée l'an dernier "dans la fabrication de composants pour de nouvelles centrales nucléaires ainsi que d'autres projets nucléaires menés au Royaume-Uni et ailleurs".

Il fait suite à l'accord de coopération industrielle signé par les deux entreprises en mars 2011.

Selon Rolls-Royce, le groupe britannique se chargera de fabriquer des composants complexes" et fournira des services techniques et d'ingéniérie pour les deux premiers EPR qu'EDF veut construire à Hinkley Point.

Il ajoute que cet accord pourrait lui rapporter jusqu'à 400 millions de livres (480 millions d'euros), pour les quatre EPR qu'EDF projette de construire en tout au Royaume-Uni.

Downing Street avait déjà annoncé avant même l'arrivée de David Cameron à Paris pour le sommet franco-britannique que de tels accords seraient signés dans le secteur nucléaire, pour un montant total avoisinant 500 millions de livres, soit plus de 600 millions d'euros.

 

AFP - 17/02/2012

Commenter cet article